top of page
  • Photo du rédacteurCaroline Guette-Marsac

Richesse des espaces non tondus

Dernière mise à jour : 13 avr. 2023

Petite piqure de rappel si cela était encore nécessaire : ne tondez plus l'ensemble de votre surface engazonnée. Réfléchissez à délimiter des zones de moindre passage, non tondues. Laissez pousser et observez. Vous aurez forcément de belles surprises, de jolis végétaux à observer et une foule d'insectes à découvrir !

Papillon Aurore femelle (Anthocharis cardamines) sur sa cardamine des prés



Dans notre jardin d'expérimentation, voici cinq bonnes années que nous ne tondons plus dans notre "espace verger", sous les grands noyer-cerisier-chataignier. Une unique fauche à la fin de l'été. Seule une allée est tondue le long de cet espace pour faciliter le cheminement vers le compost et pour donner une impression "maîtrisée" et volontaire.


Chaque année, au printemps, les jacinthes des bois prennent plus d'espace. Quelques tulipes, jonquilles, monnaies de Pape, jacinthes horticoles (!), échappées des espaces cultivés adjacents, sont également arrivées... mais aussi la mélisse citronnelle, les petites violettes. Et puis il y a les variétés plus "sauvages" : tapis de ficaires, nuées de pissenlits, cardamines des prés, lierres terrestres, des géraniums sauvages.

Plus tard dans l'année s'épanouiront les berces, les marguerites et une multitude de graminées restant à identifier.


Cette diversité végétale est une vraie aubaine pour les insectes à la sortie de l'hiver, alors que les fleurs horticoles du jardin "d'agrément" sont encore peu nombreuses.



Chaque jardin est différent et révèlera des surprises des différentes à celle/celui qui lui laissera la liberté de s'exprimer (... une valeur à défendre par les temps qui courent !).




Comments


bottom of page