• Caroline Guette-Marsac

Les belles "sauvageonnes" du jardin

Il est de belles fleurs qui se multiplieront d'elles-mêmes dans un jardin... pourvu que les conditions leur soient favorables. Au gré des vents (semis spontanés), elles se baladeront d'un massif à un autre, parfois même d'une terre profonde à une petite fissure entre deux pierres...


Plantes rustiques, demandant peu d'entretien (si ce n'est limiter leur expansion), peu gourmandes en eau, voici une petite sélection de ces plantes vagabondes qui font le bonheur dans notre jardin expérimental... et ne demandent aucune "technicité".


Un moyen simple d'apporter une touche naturelle à votre jardin !



La digitale (Digitalis purpurea)


Cette plante bisannuelle se plaît à la mi-ombre dans un sol de préférence humifère et frais. La première année de sa vie, elle développe une large rosette de feuilles, vert foncé d'aspect un peu gris, crénelées-dentées, couvertes de poils un peu laineux, très clairs. La deuxième année, en mai-juin, émerge de cette rosette une ou des hampes florales denses et solides, composée d'une multitude de fleurs tubulaires serrées les unes contre les autres. Les fleurs s'épanouissent de bas en haut. La plante peut alors facilement dépasser les 150 cm de hauteur. Elle se naturalise très facilement par le biais de semis spontanés, ponctuant au hasard le jardin de grandes flèches rosées.


Les bourdons en raffolent !


(Cette plante est toxique si elle est ingérée).




L'ancolie (Aquilegia vulgaris)


Surnommées selon les régions, Colombines ou Bonnets de grand-mère, les ancolies se plaisent au soleil (tamisé) ou à la mi-ombre, dans une terre légère, humifère, assez frais mais bien drainé. Elles fleurissent d'avril à juin et se ressèment spontanément, créant parfois de nouvelles couleurs. Ainsi, dans notre jardin, après avoir eu pendant plusieurs années uniquement des ancolies roses, nous avons vu une floraison bleue s'épanouir ! Les ancolies présentent de jolies feuilles caduques, arrondies, à 3 folioles vert clair, formant une belle touffe. Les fleurs peuvent atteindre les 80 cm de hauteur.




La valériane des jardins (Centranthus ruber)


Voilà une plante "warrior", parfaitement résistante au froid comme au sec. Elle se plaît au soleil et à la mi-ombre. A l'aise dans les cailloux comme dans l'argile (il n'est pas rare de la voir s'installer dans les murailles), elle est particulièrement florifère d'avril à août. Ses fleurs minuscules, hautes jusqu'à 100 cm, sont munies d'un long éperon arqué qui sert de réserve de nectar que viennent récolter les papillons. Les floraisons peuvent varier de blanc, à rose et rouge. Il peut être intéressant de panacher les variétés.


Feuilles et fleurs peuvent être consommées crues mais elles ont parfois un goût un peu amer. Pour une utilisation crue, mieux vaut choisir des feuilles tendres et jeunes. Celles-ci-peuvent être cuites dans plusieurs eaux si on craint leur amertume (qui augmente avec l'âge). On l'utilisera seul ou en mélange avec d'autres herbes, en gratin, tourtes, lasagnes,... suivant l'inspiration.




La vergerette (Erigeron karvinskianus)


Une floraison record puisque la vergerette fleurit facilement d'avril à octobre (voire plus suivant les jardins) !


Une physionomie de pâquerette vaporeuse, présentant des nuances rosées, voici encore une plante très facile à vivre : elle se plaît au soleil et à la mi-ombre, s'étend par le biais de ses rhizomes et se ressème spontanément dans les moindres fissures, colonisant les endroits ingrats, très secs en été. Elle préfère les terres calcaires ou neutres, très bien drainées, voire rocailleuses, caillouteuses ou sableuses (elle craint l'excès d'humidité en hiver).

Elle ne dépassera pas les 40 cm de hauteur et son feuillage peut se montrer persistant si les hivers ne sont pas froids (jusqu'à -5°C).



La nigelle de Damas (Nigella damascena)


" Les nigelles sont des fleurs tout en finesse qui semblent flotter sur un feuillage aérien" (dixit Promesse de Fleurs). La description est fidèle à la poésie de la plante.


Les nigelles de Damas (autrement nommées en anglais "Love in a Mist" que l'on peut traduire en français par "Amour dans la brume") sont des plantes annuelles qui se ressèment seules d'une année sur l'autre. Elles se plaisent dans les sols ingrats, secs, au soleil ou à l'ombre légère. Les fleurs s'élèvent à une cinquantaine de centimètres du sol. Elles ont une bonne tenue dans les bouquets.


Les fruits prennent la forme de grandes capsules brun rosé soyeux à maturité rondes, contenant un grand nombre de petites graines noires.

Les graines, à la saveur piquante, sont comestibles et peuvent utilisées comme condiment (toute-épice).




Le cosmos (Cosmos bipinnatus)


Avec son feuillage assez proche de la nigelle, le cosmos est également une plante annuelle qui se ressème bien dans le jardin, d'une année sur l'autre (en sol vivant... non remué, sinon, il vous faudra préférer un semis sous-abri).


Installés dans un massif ensoleillé, les cosmos produisent de juin à octobre des fleurs de coloris variés (rose clair, rose soutenu, blanc, etc.) d'une hauteur d'un mètre. Ils font le régal des insectes pollinisateurs, des papillons... et des bipèdes que nous sommes ! Consommées crues, les fleurs ont une saveur florale incomparable et sont de très effet en décoration dans les salades.


La suppression des fleurs fanées favorise le renouvèlement et la prolongation de la floraison jusqu’en automne !




La monnaie du Pape (Lunaria annua)


Cette plante bisannuelle trouve sa place dans les massifs ensoleillés ou de mi-ombre, dans une terre ordinaire. Sa floraison violette (ou blanche) , très mellifère, s'épanouit d'avril à mai, à 80 cm de hauteur.

Les fruits séchés sont traditionnellement utilisés dans la composition des bouquets secs.


Toute la plante (ou presque) est comestible : racines, jeunes feuilles, boutons floraux, fleurs, jeunes gousses. Le goût, légèrement amer, est proche de la cardamine hérissée, du cresson… avec un arrière goût de moutarde.

Les racines comme les graines avec leur côté amer et piquant ont longtemps servi d'épices. Grillées, ces dernières peuvent servir de thé. Les jeunes feuilles, les fleurs et même les jeunes gousses peuvent être consommées crues. Elles seront parfaites pour une salade ou avec des crudités. On peut bien sûr aussi s'en servir de légumes et les cuisiner pour accompagner des plats.





L'euphorbe arbustive (Euphorbia characias)


Impossible de conclure cette petite sélection de plantes vagabondes sans nommer l'euphorbe. Nous avons déjà rédigé quelques posts sur cette plante... donc pour éviter toute redite, nous vous invitons à consulter les articles précédents sur le sujet...





Et vous, quelles sont vos vagabondes préférées ?