• Caroline Guette-Marsac

Euphorbia characias ? Joyeuse compagne de mon jardin de fainéante

Bon, d'accord, je triche un peu de coup-ci... J'ai déjà eu l'occasion de réaliser un petit post sur les euphorbes il y a un peu plus d'un an... Mais en plus d'être une compagne facile à vivre pour les jardins sans entretien (ou presque sans entretien...), elles constituent des modèles privilégiés pour réaliser de beaux clichés.

Donc je ne résiste à l'envie de vous partager ces quelques photos.


En toutes saisons, elles sont assez surprenantes pour qui sait prendre le temps de les contempler. Feuillages duveteux accueillant des eaux perlantes, inflorescences aux mille étoiles aux coloris rouges, bruns, verts, jaunes...


(photographies : C. Guette-Marsac / Rouge Pivoine Paysagiste)



D'origine méditerranéenne, Euphorbia characias wulfenii est très adaptable sur un terrain sec ensoleillé... mais elle peut également se plaire à la mi-ombre, en terrain plus frais : dans notre jardin d'expérimentation, elle s'épanouit aussi bien dans le sol humifère et frais sous notre vieux tilleul... que dans la plate-bande inhospitalière et caillouteuse exposée plein ouest.


Une tendance à se balader un peu partout dans le jardin grâce à un mode de dispersion de ses graines très dynamique (des "pops" explosifs lors des chaudes journées de printemps se font entendre dans le jardin... un amusement délicieux pour nos oreilles)... mais qui reste tout à fait gérable (les jeunes plants s'arrachent ou se transplantent facilement si on souhaite contrôler son expansion).


Elles n'ont pas forcément un "physique facile" au premier abord... mais il faut savoir faire fi des clichés et des "a priori" pour pouvoir en apprécier toutes les richesses... Il en va de la botanique comme du reste !


(Petit rappel : le latex des euphorbes est très irritant pour les humain.e.s... donc munissez-vous de gants lorsque vous devez couper les tiges... mais ne vous privez pas pour autant du plaisir de caresser doucement leur feuillage à mains nues).