• Caroline Guette-Marsac

Nouveau projet : Réflexions sur l’organisation d’un jardin de ville pour des amoureux du végétal

Lorsque Mme et M. F. m’ont contactée, ils avaient déjà dans les mains un projet de jardin informatisé, « sketchupisé »( ?) avec plein de vues 3D… mais qui ne leur convenaient pas : ils souhaitaient un peu plus de naturel, de vie, de fouillis végétal…

Ensemble, nous avons redéfini les lignes d’un projet plus organique, avec une végétation certes débordante mais tellement plus ressourçante !


Ce petit jardin de ville connait les problématiques récurrentes liées à un contexte urbain :

- dissimuler les constructions voisines (choisir les meilleurs endroits pour créer de nouveaux volumes « occultants »)

- habiller des murs disgracieux (treillages, plantes grimpantes)

- végétaliser en respectant les contraintes urbaines (planter à plus de 2 mètres des limites du terrain les végétaux appelés à dépasser les 2 mètres de hauteur)

- etc.


Il en résulte un joli petit projet de jardin intégrant au mieux une piscine, des déambulations ombragées, un solarium… et tout un panel de fleurs échelonnées sur toute l’année.


Plans détaillés et liste des plantations en poche, M. F. a déjà les mains dans la terre, impatient de donner forme à cet écrin végétal !

Chantier en cours de réalisation par les clients !





Variations de vues depuis la terrasse repas.

Avec ou sans treillage romantique ?

Avec ou sans vue sur la piscine ?

Rouge Pivoine Paysagiste propose, Mme et M. F. choisissent en fonction de leur usage et de leur sensibilité.









La prise en compte du système racinaire des arbres mis en place dans un projet est essentielle. Autant l’ampleur d’un feuillage pourra être maîtrisée au besoin par l’intervention d’un professionnel avisé (attention, tous les élagueurs ne se valent pas… loin de là !... les massacres et mutilations sont plus que fréquentes sur les arbres), autant rien ne pourra venir canaliser un système racinaire. Il est donc essentiel de se poser les bonnes questions dès la conception du projet.


Pour le projet de Mme et M. F., la proximité d’un drain et d’une piscine imposait à la plantation d’arbres aux racines pivotantes, c’est-à-dire avec une racine principale qui part en profondeur dans le terrain… mais qui ne développe pas tout un réseau de racines en surface (racines traçantes).


Le chêne liège (Quercus suber) répond notamment à cette contrainte. Si l’on rajoute une écorce au charme et à la texture irremplaçable, un feuillage persistant, une croissance lente… il devient un des sujets idéal pour ce jardin. Seule la dimension de son houppier devra être surveillée.


(photographie : Ben Kerckx de Pixabay)