• Caroline Guette-Marsac

Les "jardins de pierres" interdits en Allemagne

En Allemagne, une loi interdit les « jardins de pierres »… au nom de la biodiversité et dans le but de lutter contre la surchauffe des villes !


Voici une mode « paysagère » qui a bien mauvaise presse… à plus d’un titre !


- Les jardins de pierres (galets, graviers, pouzzolane, etc.) ne présentent aucun intérêt écologique, ces sols morts n’offrant aucune nourriture et ni habitat pour la petite faune.


- L’extraction et le transport des granulats (alluvionnaires notamment) inhérents à leur réalisation sont sources d’impacts environnementaux négatifs.


- Ces zones minéralisées participent à l’envolée des températures estivales dans les villes. Matthias Kaufhold, responsable du service de l'urbanisme à Kehl (ville voisine de Strasbourg, côté Allemagne) explique : "Il existe des études qui révèlent que les nuits d'été, on peut avoir jusqu'à 6,5 degrés ( !!!) de plus dans les zones minéralisées en centre-ville que dans les espaces végétalisés à l'extérieur de Kehl " !



Ainsi à Kehl, pour chaque nouvelle construction, la loi urbanistique interdit aux citoyens de créer des espaces minéralisés, en dehors des bâtiments. L’association locale Blühendes Kehl (Kehl fleuri) s'est même spécialisée dans le conseil à la revégétalisation des jardins !


Bonne nouvelle, il n'est pas nécessaire de retirer les pierres pour les remplacer par de la terre : il suffit de les couvrir ! Elles contiennent des nutriments minéraux intéressants pour le sol.


A Kehl, les résultats sont probants. Là où ne poussaient que des cailloux pendant des décennies, ce sont désormais des parterres de fleurs de toutes les couleurs qui offrent leur nectar aux insectes butineurs. Quant aux buissons et aux arbres, ils réduisent les îlots de chaleur qui étouffaient les habitants des villes.


Pour lire l’article complet sur ce sujet, cliquez ici !